Objets connectés, les choses essentielles à savoir

8,4 milliards d’objets seront connectés d’ici fin 2017, un chiffre en croissance de 31% par rapport à 2016 selon Gartner

L’Internet des Objets est aujourd’hui partout. L’essor des objets connectés est une réalité. Ils envahissent littéralement notre quotidien. Mais êtes-vous au clair de ce qu’est réellement un objet connecté ? Saviez-vous que la quasi-totalité des objets tout autour de nous peuvent devenir connecté et communicant ?

Le Web des Objets, définition

De façon simple, un objet connecté est un objet qui est connecté à Internet, capable d’envoyer des informations en temps réel et d’interagir avec son environnement. Un objet connecté a la capacité de communiquer avec d’autres systèmes pour capter et pousser de l’information.

Un objet connecté repose sur trois choses essentielles :

  • Sa capacité à capter une donnée par le biais de capteurs de tous types : vitesse, température, force, pression, énergie, localisation, puissance, volume, acoustique, distance, couple, débit, photométrie, fréquence, vibration, humidité…
  • Sa capacité à remonter une donnée afin de permettre la visualisation d’informations au travers de tableaux de bord dédiés.
  • Sa capacité à s’interconnecter avec d’autres objets et interagir de façon plus ou moins poussée avec d’autres objets connectés ou non.

Un objet connecté à deux fonctions principales :

  • La collecte d’informations d’une part provenant de son environnement.
  • Le déclenchement d’une action d’autre part, en fonction des informations captées et transmises. Par exemple, déclencher l’arrosage d’une pelouse quand la température extérieure est élevée. Ou encore déclencher une alarme en cas d’intrusion grâce à un capteur d’intrusion positionnée sur une caméra connectée.

Comment fonctionne un objet connecté ?

Pour communiquer, les objets connectés utilisent différentes technologies de communication dédiées de type M2M (Machine to Machine). Et ils sont le plus souvent enrichie de capteurs qui collectent de manière régulière des données. Mais cela ne suffit pas.

Une fois les données collectées, l’objet doit être capable d’envoyer les données vers des infrastructures dédiées qui pourront stocker ces données. C’est ensuite que celles-ci pourront être analysées via des algorithmes de calculs intelligents afin de restituer à l’utilisateur une information à valeur ajoutée.

Le réseau de communication, un facteur majeur

Dans cet écosystème des objets connectés un des éléments essentiels sont les réseaux de communication. Si le Wifi ou le Bluetooth sont déjà bien connus, les technologies qui ont permis le développement exponentiel des objets connectés reposent sur les réseaux dits « M2M » (Machine to Machine) et plus récemment LPWA (réseaux bas débit longue portée dédiés aux objets connectés de type LoRa ou Sigfox).

Ces réseaux de communication permettent l’échange de données entre les différents objets. Pour cette raison, on évoque souvent le terme M2M, communication machine à machine.

Entre objets connectés B2C et B2B

On peut classer les objets connectés dans deux catégories. D’une part celle des objets dédiés au Grand Public, objets connectés du quotidien. Et les objets connectés orientés B2B.

  • Les objets connectés Grand Public

Les objets connectés dans le Grand Public se multiplient et se démocratisent. On évoque souvent le terme de « wearables » qui fait référence aux objets connectés “portés” : montres, lunettes, vêtement. Dans le domaine de la santé et du bien-être, on retrouve par exemple la brosse à dent connectée, fourchette connectée, pilulier et autre pèse-personne. Ces objets permettent d’améliorer le quotidien des personnes en leur apportant un suivi au quotidien.

Pourtant, beaucoup de ces objets relèvent d’une gadgétisation et n’apporte pas de réelle valeur sur le long terme. La vraie valeur d’un objet connecté est en effet dans l’usage améliorée qu’il va apporter à son utilisateur.

  • Les objets connectés dans le B2B

Les objets connectés dans le B2B sont source de nouveaux business. L’institut Gartner assure que les objets connectés destinés aux verticaux ou multi-sectoriels se vendront moins que ceux destinés au grand public dans les années qui viennent, mais ils rapporteront plus d’argent. Cela nécessite que les entreprises qui souhaitent en tirer parti se réinventent et repensent leur business model.

Cette révolution permet aux entreprises de passer d’une offre de produit à une offre de service, gage de plus de valeur. Intégrer les objets connectés dans sa stratégie est une garantie de différenciation pour les entreprises et permet d’apporter une connaissance client beaucoup plus fine.

Un bémol est toutefois à apporter quant à cette multiplication du nombre d’objets connectés. Il concerne la question majeure de la sécurité des données. Dans quelles mesures ces données sont-elles sécurisées ? Peut-on s’assurer qu’elles ne seront pas utilisées à d’autres fins que l’usage initial ? La confidentialité et la protection des données est un enjeu de taille qu’il sera nécessaire de prendre en compte dans cette explosion du paysage connecté.

N'hésitez pas à partager, si vous aimez ce contenu !

Pin It on Pinterest

Shares