Réseaux IoT, lequel choisir pour vos objets connectés ?

Le développement massif des objets connectés soulève la question du choix des réseaux pour remonter les données. En effet, connecter des objets c’est s’appuyer sur des réseaux de connectivités hétérogènes dont l’usage varie en fonction des volumes de données à exploiter, de l’environnement, des informations à capter, de la zone à couvrir et de l’objet lui-même. Prenons l’exemple d’un compteur connecté. Celui-ci n’aura évidemment pas les mêmes besoins de communication qu’une caméra connectée.

Vers quel réseau faut-il donc s’orienter dans le monde complexe de l’Internet des Objets ? Réseaux bas débit, réseaux opérés, réseaux privés, réseaux cellulaires ou LPWAN… comment s’y retrouver face à ce large choix de solutions de connectivités ?

Les réseaux LPWA (Low Power Wide Area Network)

La course aux objets connectés à entraîner avec elle l’émergence de nouvelles technologies de connectivité à bas prix, et peu consommatrice en énergie.  Dans cette catégorie, deux technologies se distinguent parmi lesquelles LoRa et Sigfox. Elles connaissent d’ailleurs un fort développement sur tout le réseau national français.

Sigfox a révolutionné le monde des communications entre les objets en proposant une connectivité bas débit qui a permis de réduire de façon significative la consommation en énergie liée aux échanges d’informations. Sigfox se positionne aujourd’hui comme le premier opérateur de réseau longue portée et bas débit 100% dédié aux objets connectés et compte plus de 1500 antennes relais rien que sur le territoire français. L’opérateur français assure pour autant une couverture internationale en déployant lui même son propre réseau ou en s’appuyant sur des partenariats avec des opérateurs locaux.

LoRaWAN est un protocole de communication initialement développé par des acteurs réunis autour d’un consortium appelé la LoRa Alliance. Le LoRa offre l’avantage de bénéficier d’un standard interopérable. En fait il permet aux objets communicants de se connecter à des réseaux hétérogènes sur des réseaux privés comme sur des réseaux opérés. Le déploiement d’un réseau LoRa privé ou opéré nécessite, comme pour le reste d’ailleurs, de se faire accompagner par des opérateurs de services qui maîtrisent ce protocole de communication.

Au-delà de ces deux réseaux, franco français, émergent peu à peu de nouvelles technologies qui vont bientôt devenir de sérieux concurrents. Les standards du NarrowBand IoT et le LTE-M en font partie.

Les réseaux cellulaires 2G, 3G, 4G

Pour autant le cellulaire n’a pas dit son dernier mot dans le monde de l’IoT. Il se pourrait même que l’émergence des réseaux LPWAN booste la connectivité cellulaire telle que nous la connaissions jusqu’à maintenant. L’ère du GPRS est déjà loin derrière nous. Depuis la 3G, puis la 4G est arrivée apportant avec elles des débits de données nettement supérieurs à ce que peuvent fournir les réseaux LPWAN. Et le 5G, qui a prévu de voir le jour d’ici fin 2019 promet de multiplier par 1 000 la performance des réseaux.

Les objets équipés de cartes SIM M2M (Machine to Machine) ont ainsi la capacité de collecter et transmettre d’importants volumes de données. Un avantage important dans certains usages métiers comme le secteur de la télésurveillance ou encore de la maintenance d’équipements industriels.

On notera toutefois quelques bémols à ce type de connectivité comme le coût souvent élevé des abonnements de télécommunications et la couverture géographique parfois irrégulière sur des zones de faible densité démographique. Mais là encore, des alternatives existent avec la carte SIM M2M multiopérateur qui permet de s’accrocher au premier réseau disponible et permet de pallier à tout risque d’indisponibilité du réseau. Nous y reviendrons bientôt.

Entre réseaux privés et réseaux opérés, mon cœur balance

Les réseaux de communications IoT privés présentent de nombreux avantages, malgré le fait que certaines de leurs fonctionnalités soient limitées par rapport aux réseaux opérés. Les réseaux privés offrent avant tout la liberté de ne plus dépendre d’un opérateur télécom en particulier. D’autant que le déploiement d’un réseau privé n’est pas forcément plus coûteux, si ce n’est l’investissement dans l’achat d’antennes permettant de faire le relais des communications de vos objets. Ce qui peut en revanche se révéler coûteux est la gestion et la maintenance de ce réseau pour quelqu’un dont ce n’est pas le cœur de métier.

D’un autre côté le réseau opéré a l’avantage d’être un réseau 100% maîtrisé par des opérateurs professionnels et donc de garantir une performance et une couverture optimale. A cela s’ajoute un service à valeur ajoutée et plus de flexibilité. A l’opposé du réseau privé qui n’offrira la possibilité à vos objets connectés de communiquer que sur un périmètre bien défini.

Enfin en terme de sécurité des informations, les deux alternatives se valent. Si le réseau opéré offre une solution de sécurisation des données 100% maîtrisée par les opérateurs, le réseau privé offre la possibilité de déployer son propre réseau en restant pleinement souverain des données qui transitent et de l’usage qui en sont faites. Une alternative souvent plébiscitée par les métropoles qui veulent déployer leurs propres infrastructures d’objets connectés sur le territoire.

En conclusion

S’y retrouver au niveau des réseaux de connectivité IoT est une chose. Mais la vraie question à se poser est : Quelle est l’application que vous voulez réellement mettre en oeuvre en concrétisant votre projet d’objet connecté ? C’est ainsi que vos besoins de connectivité différeront en fonction des applications. Une chose est sûre, l’évolution très rapide des technologies vous demandera une adaptation et une agilité constante.

N'hésitez pas à partager, si vous aimez ce contenu !

Découvrez les 9 étapes indispensables à la réussite de votre projet IoT !

 Lancez votre projet IoT en toute sécurité grâce aux conseils de nos experts condensés en 17 pages et organisés autour de 9 points clés

Merci ! Surveillez votre boîte mail, vous allez recevoir le livre blanc dans quelques minutes… Si le mail se fait attendre pensez à consulter vos spams.

Pin It on Pinterest

Shares