Smart Transport & Logistics

L’IoT au service du transport et de la logistique en période de crise sanitaire

tribunes iot emmanuel mouton

Emmanuel MOUTON, Président de Synox

Spécialiste de l’IoT et de la transformation digitale des entreprises, Emmanuel Mouton fonde Synox en 2005. Président de Digital 113, il contribue activement à la transformation des entreprises en facilitant notamment l’accès à des solutions technologiques innovantes basées sur l’IoT. Conscient des enjeux actuels, il est soucieux de replacer l’IoT dans une logique éthique et environnementale tant pour l’Homme que pour la planète.

Au cœur de la transformation digitale des entreprises, l’internet des objets offre de belles perspectives. Sécurisation des données, traçabilité, géolocalisation et optimisation du transport des marchandises sont une partie des apports de l’IoT. Emmanuel Mouton nous explique en quoi l’internet des objets transforme de nombreux secteurs et particulièrement ceux du transport et de la logistique, alors que les contraintes sanitaires actuelles bousculent la plupart des process en place.

La transformation s’opère aussi dans le transport et la logistique

Les entreprises du transport doivent aussi se transformer. Elles doivent répondre à un certain nombre d’enjeux dont la maîtrise de leur parc de camions et d’équipements mobiles, mais aussi des enjeux liés à l’environnement et notamment à l’empreinte carbone qui doit impérativement être réduite. Pour cela, il faut être capable de mesurer le temps de parcours, le nombre de kilomètres et la consommation de carburant des équipements. Et c’est là que l’IoT intervient, notamment en rendant possible ces mesures d’impact.

Les enjeux du transport face à l’environnement

On parle ici de véhicules légers, de poids lourds, d’engins de chantier mais également de logistique urbaine, de véhicules électriques ou encore de triporteurs qui permettent de faire ce qu’on appelle «la logistique du dernier kilomètre». L’idée étant de réduire au maximum l’empreinte carbone.

“L’asset tracking, ou comment arriver à mesurer et à suivre les biens et les matières transportées” 

Tous ces véhicules peuvent être équipés de capteurs qui permettent à minima d’être localisés sur leur parcours, mais aussi de suivre la chaîne du froid, c’est-à-dire, de contrôler et de vérifier qu’il n’y ait pas de rupture; et dans le cas contraire, d’envoyer des informations et des alertes au gestionnaire. Il existe aussi des capteurs qui vont mesurer la pression, la température ou encore les chocs subis par les équipements transportés. C’est ce qu’on appelle l’asset tracking, ou comment arriver à mesurer les biens et les matières transportées.

La traçabilité, c’est la capacité à avoir un suivi de bout en bout, de tout ce qui se passe pendant le cycle de vie du transport, que ce soit d’un point A à un point B, mais même au-delà. Aujourd’hui, il faut être capable de suivre des marchandises tout au long de leur parcours, en passant du bateau au camion pour finir leur trajet sur un triporteur. L’asset tracking, c’est arriver à suivre tout le parcours, du dépôt jusque chez le particulier, sans rupture et surtout avec une maîtrise de la remontée de l’information.

Tracker c’est important mais récolter l’information et la rendre exploitable l’est encore plus. Il est donc essentiel de mettre en place une interopérabilité entre les systèmes et les différents acteurs afin de garantir le suivi des opérations entre le point de départ et le point d’arrivée. Et c’est là que l’IoT agit, notamment dans la captation de l’information et dans sa remontée, en s’appuyant sur les nouveaux réseaux de connectivité. Il faut aussi maîtriser le stockage, le traitement, l’analyse mais surtout la restitution de l’information aux différents profils d’utilisateurs concernés.

Smart transport IoT

L’impact de la crise sanitaire sur le secteur du transport et de la logistique

La crise sanitaire actuelle accélère la transformation numérique des entreprises du secteur du transport, de la logistique et de leurs clients. Les objets connectés permettent de réduire les allers et venues sur le terrain, les vérifications, les interventions et les relevés. Ils diminuent considérablement les déplacements des équipes.

“Limiter l’empreinte carbone est un véritable enjeu sociétal” 

D’un autre côté, la crise sanitaire et notamment la période de confinement, a provoqué l’accélération des commandes en ligne, l’augmentation du nombre de livraisons et donc de la circulation des marchandises. S’ajoute à cela le fait qu’on est dans un contexte où l’on souhaite de plus en plus limiter l’empreinte carbone. C’est un véritable enjeu sociétal.

Donc il y a d’un côté, l’augmentation de la demande et l’intensité de l’activité dans le transport, et de l’autre, l’obligation de maîtriser l’impact carbone. C’est dans ce cadre que les objets connectés vont trouver toute leur place. Pour pouvoir choisir, il faut mesurer, évaluer la consommation, les émissions d’un équipement ou d’un moyen de transport, notamment via la traçabilité et la récolte des données que permet l’IoT.

Dans la logistique urbaine, on a aussi des enjeux autour du stockage dans les entrepôts. Pour cela il existe des solutions où la géolocalisation indoor est importante. L’enjeu, dans le domaine des objets connectés, est d’arriver à localiser où se trouvent les caisses ou du matériel. Ce n’est donc pas la même problématique que celle de la géolocalisation outdoor qui passe par le satellite.

Dans l’indoor, on passe par des systèmes plus complexes qui permettent de localiser, à l’intérieur, des personnes, des caisses, des marchandises, et cela de manière très précise. Donc finalement, on retrouve cette utilisation pour des problématiques liées à la logistique, dans des entrepôts, mais aussi dans l’industrie, ou encore dans un hôpital, afin de localiser des équipements égarés ou déplacés.

L’automatisation dans le secteur du transport

Dans le transport, l’enjeu est aujourd’hui d’arriver à optimiser ses tournées, son parc, le volume de ses équipements ou encore l’espace disponible dans les véhicules. Réduire les coûts, maîtriser les temps de parcours, sécuriser les pratiques professionnelles sont également au cœur des préoccupations. L’automatisation va répondre en partie à ces problématiques, notamment via l’utilisation de véhicules autonomes dans des entrepôts par exemple, afin de livrer des pièces détachées ou d’autres équipements d’un entrepôt à un autre.

“4 enjeux majeurs autour de l’automatisation pour les entreprises” 

Plus généralement, je dirais que dans le cadre de la transformation digitale des entreprises, on distingue 4 enjeux majeurs autour de l’automatisation :

  1. La réduction des coûts et donc l’augmentation des marges,
  2. La création de nouveaux services,
  3. L’amélioration de la qualité et donc de la satisfaction client,
  4. La capacité à mesurer l’expérience utilisateur. C’est à dire, récolter des données qui vont apporter des indications précises sur le mode d’utilisation d’un véhicule par exemple. Si un utilisateur n’a pas confiance et ne voit pas l’intérêt dans l’usage d’un équipement, il va être d’autant plus réticent à l’utiliser.

Une vision agile et éthique pour Synox

“Faire en sorte que l’IoT soit utile pour l’humain mais aussi pour la planète” 

C’est pourquoi chez Synox, nous nous efforçons de faire en sorte que l’IoT soit utile pour l’humain mais aussi pour la planète. Et pour cela, il faut maîtriser toute la chaîne de valeurs: la typologie de la donnée, son utilisation et son niveau de sécurité. Chez Synox nous créons des plateformes qui vont permettre de garantir cette captation, cette remontée et ce traitement des données dans un esprit particulier et une certaine éthique; en essayant de toujours trouver le meilleur compromis entre l’impact de l’objet sur l’environnement et ce qu’il apporte à l’utilisateur final.

“Il ne faut pas avoir peur d’être éco-moderniste”

Emmanuel MOUTON, Président et co-fondateur de Synox.

L’agilité est également une de nos valeurs, elle est totalement liée à l’expérience utilisateur. L’agilité c’est prendre en compte les process de construction et de co-construction. Nous devons apporter de l’innovation utile. Pour cela, on écoute, on itère, on teste, on propose, étape par étape des solutions à l’utilisateur qui nous transmet ses feedbacks, tout cela afin d’améliorer en permanence notre prestation. L’agilité est aussi liée aux valeurs de bien-être qui nous sont chères, au désir de co-construire, d’être en partenariat avec nos clients, dans une relation fun et détendue. Étant dans la technologie, c’est d’autant plus important de prôner ces valeurs humanistes. Il ne faut pas avoir peur d’être éco-moderniste. Il faut démontrer que la technologie apporte des solutions à l’humanité.

“Il y a un travail de pédagogie, de formation, de compréhension à faire et de transparence à apporter” 

Il y a aujourd’hui une nécessité du numérique dans l’entreprise, une nécessité de récolter et travailler la donnée. Elle a une valeur, associée à d’autres informations, elle apporte des réponses, des solutions, des aides à la décision, des opportunités dont les entreprises n’avaient pas forcément conscience avant. Il y a un travail de pédagogie, de formation, de compréhension à faire et de transparence à apporter. Comment et quelle donnée est captée, comment est-elle traitée et à quoi sert-elle. Cette transparence permettra d’apporter plus de confiance dans les services.

Il y a pour les entreprises des enjeux de labellisation et de certification autour de la donnée, de sa sécurisation et de sa gouvernance. Les entreprises engagées numériquement et responsables montreront qu’elles sont prêtes à garantir cette transparence et à offrir plus de confiance aux utilisateurs. C’est valable pour la logistique, le transport mais aussi pour tous les autres secteurs d’activité.

 

À propos de Synox

Éditeur et intégrateur de plateformes IoT, Synox accompagne les entreprises et collectivités désireuses de mettre en place, facilement et en toute sécurité, leurs projets IoT quel que soit les objets et la technologie utilisés.

Sa mission : permettre aux entreprises et collectivités, de se transformer, en tirant parti du potentiel des nouvelles technologies de l’IoT, en toute autonomie et dans une logique de développement durable.

À propos d’Emmanuel MOUTON

Entrepreneur de l’innovation, Emmanuel Mouton fonde sa première société dédiée à la mobilité en 2003. Son expérience et sa passion pour les nouvelles technologies l’ont conduit rapidement à développer ses activités dans une nouvelle structure dédiée à l’Internet des Objets.Synox Group voit le jour en 2005 et reçoit en 2013 le trophée du DeloitteTechnology Fast 500 en se plaçant à la quinzième position du classement européen. Dans la même année, le magazine Alliancy sélectionne Emmanuel Mouton parmi les 20 personnalités qui comptent dans l’Internet des Objets en France.

Président de Digital 113, le cluster numérique d’Occitanie, Emmanuel Mouton contribue activement à la transformation des entreprises et collectivités en facilitant l’accès à des solutions technologiques innovantes basées sur l’IoT, dans une logique éthique et environnementale pour l’Homme et sa Planète. Il transmet également son savoir-faire et ses connaissances en étant intervenant pour les élèves du Master 2 Marketing Innovation et Territoires de Montpellier Management.

Pin It on Pinterest